Mise à jour

Santé Canada clarifie sa position sur W-18

Date de début :
13 juin 2016
Date d’affichage :
13 juin 2016
Type de communication :
Mise à jour
Sous-catégorie :
Médicaments
Source :
Santé Canada
Problème :
Renseignements importants en matière d'innocuité
Public :
Grand public
Numéro d’identification :
RA-58866

Problème

La présente mise à jour des renseignements a pour but de clarifier la position de Santé Canada sur W-18, une substance potentiellement dangereuse au sujet de laquelle Santé Canada a pris des mesures de contrôle en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS).

Dans des énoncés concernant W-18, Santé Canada a décrit cette substance comme un opioïde synthétique. Cette terminologie a été utilisée, en partie, pour s'harmoniser aux communications publiques de multiples sources crédibles, y compris l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, qui ont classé W-18 comme un opioïde. De plus, l'information scientifique limitée sur W-18 qui est disponible au public comparait la substance à la morphine relativement à sa puissance analgésique.

Cependant, des doutes ont été soulevés récemment au sujet de cette classification par un certain nombre de sources fiables. On a observé qu'actuellement, bien que le seul rapport scientifique disponible au public compare W-18 et ses composés connexes aux opioïdes, il ne détermine pas si W-18 se lie aux récepteurs opioïdes dans le corps. Le Ministère est au courant d'études en cours qui visent à déterminer le mode d'action de W-18 et il continuera d'évaluer les nouveaux renseignements à mesure qu'ils deviennent disponibles.

La Loi réglementant certaines drogues et autres substances a pour but de contrôler les substances qui peuvent nuire à la santé des individus et à la société lorsqu'elles sont détournées ou utilisées à mauvais escient. La LRCDAS indique que des modifications peuvent être apportées aux annexes de la LRCDAS s'il est jugé qu'elles sont dans l'intérêt public.

Santé Canada vise à ajouter W-18 et ses composés connexes (ses sels, dérivés, isomères, analogues et sels de dérivés, d'isomères et d'analogues) à l'annexe I de la LRCDAS. Cette décision a été prise après avoir examiné soigneusement une série de facteurs.

D'abord, bien qu'il n'y ait aucune donnée pharmacologique disponible sur le mode d'action de W-18, dans le seul rapport disponible au public - la demande de brevet - un test de douleur mené sur des souris a révélé que W-18 est capable de soulager la douleur considérablement plus que la morphine. Le rapport indique que W-18 est actif à 1/10 000 de la dose comparativement à la morphine, ce qui suggère qu'il existe un risque potentiellement grave que W-18 blessent des personnes.

De plus, le manque de données sur la toxicité, la biodisponibilité, la tolérance, la demi-vie et le début des effets de W-18 pourrait mener les utilisateurs à dépendre d'expériences autodéclarées et d'autres renseignements provenant de forums Web des utilisateurs qui pourraient être inexacts. Les individus pourraient être tentés d'expérimenter avec W-18, croyant à tort que c'est une substance plus sécuritaire que les substances contrôlées en vertu de la LRCDAS.

En outre, W-18 a été découvert dans des échantillons saisis par les organismes canadiens chargés de l'application de la loi en 2015. Les comprimés de contrefaçon contenaient seulement du W-18 comme ingrédient actif, mais avaient l'apparence de comprimés d'oxycodone sur ordonnance. Depuis, il y a eu d'autres saisies de W-18 sur le marché illicite.

Finalement, bien que W-18 ait initialement été développé à des fins analgésiques (soulagement de la douleur), aucune étude et aucun rapport de cas n'ont été publiés sur les usages légitimes de W-18.

Santé Canada aimerait souligner que compte tenu de l'absence de connaissances précises sur les mécanismes d'action et la pharmacologie de W-18, on ignore actuellement si l'administration de naloxone à une personne ayant pris du W-18 serait efficace. L'administration de naloxone à une personne qui a pris du W-18 ne nuirait pas à cette personne. Lorsque quelqu'un surdose d'un médicament, il est important de toujours composer le 9-1-1 pour obtenir de l'aide médicale d'urgence.

La vente de tout produit médicamenteux non approuvé est illégale en vertu de la Loi sur les aliments et drogues. Le contrôle de W-18 en vertu de la LRCDAS donnera des options à la police, avec des infractions et des pénalités supplémentaires, lorsqu'elle découvre des activités illicites touchant à W-18.

Renseignements aux médias

Santé Canada
613-957-2983

Renseignements au public

613-957-2991
1-866-225-0709